Collectif Woman Cave | Rapports de force et cohabitation

Le samedi 4 février à 15h
à archipel

En présence de Elie Antoun et Leï*la Barkaoui

Que ce soit dans la manière dont le design et l’architecture sont conçus, dans l’expérience de celles et ceux qui fréquentent les espaces publics, autant que dans l’usage du langage et la persistance de stéréotypes, on se heurte à des frontières, souvent implicites, qui séparent les habitant.e.s d’un même espace, physique ou numérique. Dans ce numéro 2 du Woman Journal, édité par le collectif Woman Cave, et dédié au thème Rapports de Force et Cohabitation, plus d’une vingtaine d’artistes, chercheur.euse.s, non-spécialistes, architectes, sociologues et auteur.ice.s vous invitent à questionner les modèles de société que nous connaissons et qui régissent les regards que nous portons les un.e.s sur les autres.

Le Collectif Woman Cave est un collectif pluridisciplinaire qui s’intéresse aux notions de genre dans les espaces habités. C’est un studio de design et d’architecture basé à Montreuil. Le collectif publie une revue bi-annuelle nommé le Woman Journal, participe également à des expositions et organise des workshops. Woman Cave est composé de l’architecte Chloé Macary-Carney et de l’artiste Léticia Chanliau.

Afin de découvrir ce projet, le collectif a invité deux contributeur.ice.s à prendre la parole et présenter leur travail :

Elie Antoun est architecte HMONP, d’origine libanaise, diplômé de l’Université Libanaise en 2018 et également diplômé d’un post-master en urbanisme de l’ENSA de Paris Belleville en 2021. Il présentera pour l’occasion une partie de ses recherches appliquées qui lui ont amenés à regarder plus profondément comment l’art urbain se transforme en arme politique à Beyrouth.

Leï*la Barkaoui est artiste et auteur·e. Iel aime penser la création comme un outil hybride qui permet de créer des relations entre humain·es et non-humain·es, d’en prendre soin, et de les transformer quand c’est nécessaire. Leï*la présentera une lecture performée de ses textes publiés dans le Journal. Il s’agit d’histoires se déroulant autour de Foussana en Tunisie, sous une occupation coloniale française. Foussana est une ville vers laquelle une large partie de sa famille a vécu, et c’est avec le peu qui lui en reste – un tapis et des visions – qu’iel y déploie le quotidien de Nawel, Adel, Jadd, Ali, Amar et Chems, une bande d’enfants cachée dans la poussière des montagnes.

 

 

pour aller plus loin

Chabe! | 18.03.2023

Chabe! | 18.03.2023

Chabe! Lyon par ses photographesLe samedi 18 mars 2023 à 15hà archipelHéloïse Rochette Guglielmi aka Yanka est une artiste plasticienne, poétesse et musicienne engagée. Ses approches sont esthétiques, anthropologiques et abstraites. Ses paysages évoquent les...

Benjamin Chavardès | 25.03.2023

Benjamin Chavardès | 25.03.2023

L'Italie post-moderne.Paolo Portoghesi, architecte, théoricien, historienLe samedi 25 mars 2023 à 15hà archipelAvec Benjamin Chavardès Benjamin Chavardès est géomètre-topographe, architecte, docteur en architecture et enseignant-chercheur en théorie et pratique de la...

La Duchère | 23.02.2023

La Duchère | 23.02.2023

La Duchère, une histoire au futurLe jeudi 23 février à 18h30à archipelAvec Philippe Dufieux, Pierre Gras et Bernard Paris Le quartier de la Duchère a connu une métamorphose spectaculaire à la fin des années 1950 par la construction de l'un des grands ensembles les...

Émeline Curien | 16.02.2023

Émeline Curien | 16.02.2023

Pensées constructives. Architecture suisse alémanique 1980-2000Le jeudi 16 février à 18h30à archipelAvec Émeline Curien Émeline Curien a suivi une formation d'architecte et a réalisé une thèse en histoire de l'art portant sur l'architecture suisse alémanique des...